Améliorer sa communication quand on est HPI

 

Citation de François Rabelais

 

Suite à mon post sur la perception de la communication des HPI par le 98%, un de mes lecteurs m’a demandé des conseils quand on souhaite améliorer sa communication en tant que HPI. Si les solutions directement applicables sont propres à chacun et découvertes dans le cadre du coaching individuel, voici néanmoins quelques pistes essentiellement sur la communication orale:

– Objectif premier: la réduction !

Il vous sera utile de préparer vos interventions en gardant en tête cet objectif. Vous avez intérêt à réduire… tout en fait!

— la portée de votre intervention (voir l’objectif suivant)

— la profondeur et la complexité de vos arguments

— le débit de votre voix, le rythme de vos phrases (et leur longueur)

— la durée de vos interventions

Vous pourriez me rétorquer que dans ce cas il n’y aura plus rien dans votre message mais ce n’est pas le cas. Si vous prenez cela comme un jeu ou comme un défi ou simplement comme un problème à résoudre, il devrait rester au bout du compte ce que Rabelais appelait la « substantifique moelle » donc l’essentiel. Ni trop, ni trop peu.

– Second objectif: définir ce que vous attendez de cette communication. Qu’est-ce qui est le plus important que vos interlocuteurs retiennent? Avec quoi devraient-ils repartir à la fin? Quelle suite en attendez-vous ?

– Troisième objectif: apprendre les règles classiques de communication. Si elles sont si « classiques » c’est justement parce qu’elles ont été éprouvées auprès de la majorité et qu’elles fonctionnent.

Des règles comme alterner les modes de communication (visuel, auditif, kinesthésique), respecter les temps maximum d’attention du public, répéter les concepts clé, introduire des questions et de l’interactivité, etc… sont à maîtriser pour vous comme pour les autres.

– Quatrième objectif: savoir quel type de communicateur vous êtes.

En effet, nous sommes tous différents dans ce domaine en fonction de notre expérience mais aussi beaucoup en fonction de notre personnalité et savoir quelle image vous projetez sur les autres lorsque vous communiquez naturellement vous aidera à faire les ajustements nécessaires.

Enfin j’ajouterai qu’il est plus important de garder le canal de communication ouvert que de tout communiquer. Si votre audience décroche, ne vous comprend plus, ne suit plus, elle n’écoute plus rien et vous pouvez aussi bien vous arrêtez la. D’ailleurs si cela vous arrive, faites une pause, respirez profondément et reformulez plus lentement. Vous aurez plus de chances de récupérer l’attention de vos interlocuteurs.

Bien entendu, tous ces éléments doivent être ajustés, modulés, en fonction de votre public et de sa connaissance du sujet.

Si vous prenez tous ces éléments en compte, vous verrez que la communication est assez complexe pour être intéressante. Vous pourriez même y prendre goût…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *