STRATÉGIES – Transmettre un savoir

La question est apparue dans un groupe de Coloriés un soir de juin :

« Comment faites-vous pour enseigner quelque chose à quelqu’un, quand cela fait 4 fois que vous lui expliquez, qu’il ou elle ne comprend pas, et que vous commencez sérieusement à perdre patience ? »

Trois rappels vont vous aider dans un premier temps:

Rappel #1: cela nous arrive à tous (Oui, à vous aussi!)

Essayez de vous rappeler comment vous êtes vous senti quand on a voulu vous apprendre quelque chose et que vous ne compreniez pas. Oui vraiment. Prenez ce petit temps de pause en lisant cet article. Rappelez vous. Les participants à la discussion nous ont parlé de frustration, de gêne, de sentiment d’infériorité ou de se sentir idiot. Ils nous ont dit être focalisé sur le ressenti, les émotions, la peur de ne pas être à la hauteur mais ils ne parlaient plus de la tâche à apprendre.

« Il y a une seule chose que l’on ne peut faire faire à quelqu’un avec un pistolet sur la tempe: apprendre ! »

Cet état de stress, provoqué à la fois par la prise de conscience de la personne de ne pas y arriver et par votre non-verbal (vous croyiez que votre attitude ne trahissait pas votre agacement, vraiment?), verrouille la situation. La première chose à faire est donc de rassurer, d’apaiser, et de prendre une part de la responsabilité avec humilité, on y reviendra.

Rappel #2 : votre réaction en dit plus sur vous que sur l’autre; qu’est ce qui vous agace au point de perdre patience?

En quoi est-ce un problème que cette personne ne comprenne pas ce qu’elle a à faire ou comment elle doit le faire ? Qu’est ce que cela déclenche en vous ? Quelles sont les conséquences réelles de ce délai ? Ces questions simples vont vous mettre sur la piste de solutions plus créatives que la répétition excédée des mêmes instructions.

Rappel #3 : ce qui est « évident » pour vous, ne l’est QUE pour vous

Le thème de l’évidence est un thème récurrent quand nous discutons de communication avec les non HP. Mais il est important de se rappeler que ce n’est pas spécifique au dialogue HP-non HP. Cela arrive tout autant entre deux non-HP ou deux surdoués : ce qui est évident pour vous ne l’est pas pour l’autre car ses référents et ses expériences ne sont pas strictement identiques aux vôtres. Ni ses intérêts. Ni ses capacités cognitives.

Là encore, vous observer vous permettra de réaliser que parfois, quelqu’un vous dit que c’est « évident » et vous ne le voyez pas. C’est une photo prise sous un autre angle. Accepter cette différence de vue facilitera vos échanges. Avec tous.

 

Voici les stratégies qui ont été évoquées :

  • Rassurez la personne : avec l’incompréhension vient la frustration et le manque de confiance en soi et votre interlocuteur est aux prises avec ses émotions; il ou elle n’est par conséquent plus disponible pour vous écouter et mobiliser ses ressources cognitives. Dédramatisez et rassurez pour le/la ramener dans une bonne disposition pour vos prochaines explications.
  • Ajustez vos attentes : si vous êtes gestionnaire, vous savez que vous devez adapter vos attentes et votre mode de relation à votre collaborateur; utilisez ses forces, ses talents, sa motivation et identifiez ses faiblesses pour apporter des solutions créatives en terme de répartition des tâches. « Si c’est un rond, n’essayez pas de le faire entrer dans un carré. Trouvez-lui un rond adapté. »
  • Modifiez votre façon de transmettre les instructions ou le contenu de la formation : utilisez l’humour, la narration de petites histoires qui facilitent la mémorisation, les schémas; faites en sorte que la personne fasse elle-même ou manipule pour apprendre. Lui faire une démonstration n’est pas la meilleure façon (d’autant que vous faites la démonstration BEAUCOUP trop vite et que vous l’avez perdu(e) dès la deuxième étape)
  • Proposez lui de développer sa propre solution pour exécuter la tâche puis de vous l’expliquer; vous pourrez ainsi capitaliser sur les forces et en profiter pour ajouter des apprentissages petit à petit.
  • Morcelez la tâche en plus petites étapes; cela rendra le contenu plus digeste et permettra de franchir des étapes plutôt que de rester dans le blocage.
  • Reconnaissez vos limites : convenez que vous ne « trouvez peut-être pas les mots » ce qui est l’aveu que vous n’êtes peut-être pas la meilleure personne pour l’aider. Cherchez une autre ressource, un collègue, un formateur externe qui aura la patience et les talents pédagogiques pour amener la personne à comprendre. Ce n’est pas parce que vous êtes un expert dans votre domaine ou très rapide dans l’exécution que cela fait de vous un bon pédagogue. C’est un talent ça aussi!
  • Transformez cette expérience en défi ou en jeu pour vous : fixez-vous l’objectif que cette personne comprenne ce que vous avez à lui transmettre; cela activera votre recherche de solutions créatives pour y parvenir.

Avez-vous utilisé avec succès l’une ou l’autre de ces stratégies ? En avez-vous d’autres à nous partager ?

Faites nous part de vos expériences dans les commentaires pour le bénéfice de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *